Deodato – Love Island (1978)

Les meilleurs disques de jazz sont sortis dans des années 70. Ça c’est dit ! Comptez sur moi pour vous parler régulièrement de mes albums de jazz favoris sortis durant cette période. Aujourd'hui Love Island de Deodato sorti en 1978.

Deodato-–-Love-Island-e1587892855959 Deodato – Love Island (1978)

La première fois que j’ai entendu parler d’Eumir Deodato c’était en 1985. Une période où j’écoutais de tout sauf du jazz. C’est pourtant à cette époque que j’ai découvert le nom de ce jazzman avec le titre S.O.S. Fire In The Sky qui figurait cette année là en bonne place dans les classements de nos Hits des clubs favoris. Un véritable tube de l’été 85 sur lequel tu dansas sans doute au camping, entre le tonique Macumba de Jean-Pierre Mader et le classique Je marche seul de Jean-Jacques Goldman.

S.O.S. Fire In The Sky est extrait de l'album Motion sorti en 84. Un succès qui marqua un tournant dans la carrière de Deodato puisque le brésilien se consacra par la suite quasi exclusivement à la production pour d'autres artistes.

Par ailleurs, il me semble que le titre avait servi également de générique au Téléphone sonne sur France Inter dans ces années là. Mais malheureusement l’absence d’internet et de médiathèque au milieu des années 80 ne m'a pas permis de pousser plus loin mes investigations pour découvrir que ce titre était en fait l’œuvre d’un éminent compositeur brésilien de jazz fusion, auteur de quelques albums remarquables sortis dans les années 70.

 

C’est donc près de 30 ans plus tard que je redécouvris par l’intermédiaire de la sainte trilogie Spotify+discogs+RYM toute la discographie de Deodato.

Parmi tous ses albums, on s’arrêtera sur Love Island sorti en 1978. Une époque où le Disco règne alors en maître sur la planète Musique et irrigue la plupart des courants musicaux, et bien sur le jazz.

La plupart des titres de Love Island sont imprégnés de Disco mais aussi de Bossa nova, de Funk et même de Rock comme sur le titre d’ouverture Area Code 808. Une petite gourmandise Boogie Jazz Rock totalement irrésistible.
La suite se situe plus dans un registre que l'on dira "easy listening" avec des titres qui pour la plupart auraient tous eu leur place dans la BO de La Croisière s’amuse.

 

Accompagné par des membres de Earth, Wind & Fire et de George Benson sur le titre Love Island – dont le son de clavier en intro m'a tout de suite rappelé Chassol –, Deodato livre la un modèle de disque "Smooth jazz" qui prend des accents Library music ici et là en particulier sur le titre Pina Colada.
Love Island n'est sans doute pas le meilleur de sa discographie, mais en tout cas c'est un disque qui s'est bonifié avec le temps.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *