John Carpenter - Lost Themes

john-carpenter-lost-themes-album-300x300 John Carpenter - Lost ThemesMême s’il a lâché la caméra, John Carpenter continue le piano et livre, avec Lost Themes, un premier album ludique et passionnant.

On savait, depuis quelques années, John Carpenter rangé des studios de cinéma, depuis The Ward : L'Hôpital de la terreur, son dernier film sorti directement en vidéo en 2011.
Aujourd’hui le vieux cinéaste a moustache et à nuque longue profite donc d’une retraite bien méritée après avoir réalisé quelques chefs-d’œuvre tels qu’Assaut, Christine ou L'Antre de la folie.
Ce que l’on savait moins en revanche, c’est qu’entre deux parties de jeux vidéo, le Maître de l’Horreur continue de faire de la musique, pour le plaisir, en compagnie de son fils, accumulant au fil d’années des morceaux enregistrés chez lui, dans le sous-sol de sa maison à Los Angeles. Alors, quand les gens du label Sacred Bones lui ont proposé de rassembler tout ça dans un album, John Carpenter n’a pas hésité bien longtemps pour dire oui.

Dans le sillage de ses compostions fauchées des années 70/80 -rappelons quand même que John Carpenter a commencé à composer ses propres musiques de films car il n’avait pas les moyens de se payer un compositeur attitré- Lost Themes rassemble des titres écrits et enregistrés durant ces dernières décennies avec son fils Cody Carpenter et avec le guitariste de hard rock Daniel Davies. On y trouve des titres uniquement instrumentaux, bien sombres, entre guitares électriques FM et claviers vintage, avec des motifs, des arpèges de piano qui évoqueront forcément quelques-uns de ses fameux thèmes.
A coups de rythmes lancinants, de basses profondes, de riffs de synthés cristallins et inquiétants, John Carpenter signe là un disque à l’image de ce que l’on pouvait en attendre, à la fois bien dans l’esprit de ses productions rétro, tout en étant assez différent, progressif, avec ce petit plus qui en fait  un vrai bon album et non pas un B.O. comme par le passé, avec un ou deux thèmes centraux, déclinés dans différentes versions.
Aussi complexe et sinueux qu’un album de post-rock, fait de ruptures multiples et de fausses-pistes, Lost Themes prouve, si besoin était, que John Carpenter, à l'instar d'un David Lynch, en plus d’être un cinéaste culte, est aussi un musicien accompli.

[8/10]

John Carpenter - Lost Themes
Label : Sacred Bones records
Sortie : 2 février 2016

à écouter sure deezer et spotify

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *