Les meilleures Bandes dessinées de la décennie 2010-2019

Derf Backderf, Tardi, Riad Sattouf, Etienne Davodeau, Manu Larcenet, Thierry Smolderen et Alexandre Clérisse... trois générations d'auteurs de BD se côtoient dans ce Top décennie !

Mon_retour_en_France_Moi_Rene_Tardi_prisonnier_au_stalag_IIB Les meilleures Bandes dessinées de la décennie 2010-2019

Pas de révélation majeure au cours de la décennie passée. Chacun dans leur genre, Tardi et Davodeau et Larcenet restent des acteurs majeurs de la BD française. Riad Sattouf s'affirme plus que jamais comme un grand auteur. A l'étranger, Derf Backderf a été la grosse révélation... et bien sûr, longue vie à la Revue dessinée !

Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag II B – Jacques Tardi (Casterman)

moi-rené-tardi-2012 Les meilleures Bandes dessinées de la décennie 2010-2019

Jacques Tardi nous raconte la vie de son père René, pendant la guerre. D’abord quand celui-ci était enfermé au stalag IIB en Allemagne après avoir été capturé par l’armée allemande en mai 40 dans le département de la Somme. Il y est resté enfermé quatre ans et huit mois, vivant un véritable enfer au quotidien, tenaillé sans cesse par la faim et luttant pour sa survie dans des conditions inhumaines. Ensuite quand celui-ci, une fois démobilisé décide très vite de reprendre du service dans l’armée et se retrouve en poste au sein de troupes d’occupation françaises en l’Allemagne. Un ambitieux travail de mémoire réalisé par Tardi, bourré d’humour et d’anecdotes sur son enfance, mais aussi un vibrant hommage à son père. Son livre le plus personnel à ce jour.

Mon ami Dahmer – Derf Backderf (Çà & Là)

mon-ami-dahmer-2013 Les meilleures Bandes dessinées de la décennie 2010-2019

Derf Backderf revient sur quelques moments de sa scolarité vécue dans une banlieue américaine au début des 70’s, en compagnie de Jeffrey Dahmer, celui qui sera surnommé plus tard « le cannibale de Milwaukee ». En effet, Jeffrey Dahmer débarque dans la vie de Derf Backderf en 1972, au moment où celui-ci entre au collège. Mais Dahmer n’est pas vraiment un ami au sens propre du terme, mais plutôt un camarade d’école, et pour cause puisque Dahmer n’avait pas d’ami. Avec son dessin noir et blanc assez étrange, presque triste, évoquant le style de CrumbDerf Backderf réussit là un récit brillant, sans concession ni compassion, aussi touchant que passionnant, un livre que l’on a envie de dévorer d’une traite malgré sa densité et sa richesse et qui laisse au final un sentiment amer, celui d’un formidable gâchis du à l’incompréhension des uns ou à la négligence des autres.

L’Arabe du futur – Riad Sattouf (Allary Editions)

l-arabe-du-futur-2014 Les meilleures Bandes dessinées de la décennie 2010-2019

manière plus ou moins détournée comme dans Retour au collègeLes pauvres aventures de Jérémie ou encore dans son  premier film Les Beaux Gosses. Mais jamais, il n’avait si ouvertement raconté son enfance que dans L’arabe du futur. Entre histoire personnelle et peinture d’une société Libyenne gangrenée part des années de dictature, Riad Sattouf trouve le juste équilibre, nous offrant une BD déjà plus qu’indispensable qui se déclinera au final en 4 volumes.

Chroniques de Jérusalem – Guy Delisle (Delcourt)

chroniques-de-jerusalem-2011 Les meilleures Bandes dessinées de la décennie 2010-2019

Après ShenzhenPyongyang et la Birmanie, ce nouveau et passionnant « carnet de voyages » nous conduit à Jérusalem. Dans ce livre, Guy Delisle nous fait revivre son quotidien dans la ville aux trois religions avec passion et un certain sens de l’ironie, nous racontant avec détail ses rencontres, son émerveillement face aux choses qu’il découvre chaque jour, devenant presque à la fin de son séjour, un guide touristique pour les amis et la famille qui viennent leur rendre visite, à lui et à son épouse. Comme Lewis TrondheimGuy Delisle a ce talent incroyable pour faire de situations absurdes, et parfois tragiques, de vrais moments de drôlerie, jouant toujours sur le côté burlesque, ubuesque des événements.

Quai d’Orsay – Christophe Blain et Abel Lanzac (Dargaud)

quai-d-orsay-2010 Les meilleures Bandes dessinées de la décennie 2010-2019

Les Ignorants – Étienne Davodeau (Futuropolis)

les-ignorants-2011 Les meilleures Bandes dessinées de la décennie 2010-2019

Voici un livre dans lequel Étienne Davodeau raconte comment il a passé un peu plus d’un an en compagnie de son ami vigneron Richard Leroy, à travailler quotidiennement à ses côtés dans la vigne. En échange, Richard a accepté de se plonger dans les bandes dessinées que lui soumettait, Étienne, de l’accompagner dans des festivals ou de faire connaissance avec des dessinateurs amis de Davodeau. Au-delà du procédé, aussi original soit-il, c’est l’amitié qui lie ces deux hommes, c’est l’écoute que l’un porte à l’autre, c’est l’ouverture d’esprit et la curiosité dont chacun fait preuve qui séduit et touche vraiment dans ce livre. Deux regards croisés, le savoir-faire de deux amoureux des belles choses qui se mêlent ici sous le regard bienveillant du lecteur, heureux de partager ces beaux moments de vie comme seul Davodeau sait si bien les raconter.

Trashed – Derf Backderf (Çà et Là)

trashed Les meilleures Bandes dessinées de la décennie 2010-2019

Le livre raconte, à travers le personnage J.B., un jeune homme de 21 ans, un peu loser, la vie d’une équipe d’éboueurs dans l’Ohio. Au-delà de richesse graphique de ce comic et de son humour, ce livre constitue une passionnante plongée dans le monde peu connu et peu enviable des éboueurs. Derf Backderf y dresse le portait de cette équipe d’employés communaux un peu farfelus et totalement ploucs, avec des détails parfois assez tordants sur leurs mœurs, mais pose aussi un regard lucide sur l’évolution de nos sociétés de consommation, avec la soudaine prolifération des emballages au cours des années 80 et la façon souvent assez anarchique dont pouvaient être gérées les ordures il y a 30 ans et plus.

L’Été diabolik – Thierry Smolderen et Alexandre Clérisse (Dargaud)

ete-diabolique Les meilleures Bandes dessinées de la décennie 2010-2019

Roman graphique en hommage notamment à la fameuse BD de la fin des années 60  Diabolik (adapté au cinéma par Mario Bava) et aux vieux romans d’aventures du siècle dernier (Fantômas, Arsène Lupin…) que lisait Thierry Smolderen durant sa jeunesse, L’Été Diabolik est aussi et surtout un formidable polar, un thriller à suspense sacrément bien scénarisé. Alexandre Clérisse confirme ainsi sont talent à faire revivre un style graphique, certes référencé, mais plein de charme et surtout visuellement splendide avec ses couleurs pétantes et ses personnages évocateurs d’illustrations de la bibliothèque verte de notre enfance.

Blast – Manu Larcenet (Dargaud)

blast Les meilleures Bandes dessinées de la décennie 2010-2019

C'est l’une des plus incroyables histoires parues en bande dessinée que l’on ait pu lire au cours de ces dernières années. BD unique en son genre, Blast aura tenu son lecteur en haleine durant 5 ans pour essayer de comprendre qui est véritablement ce Polza Mancini, l'homme au coeur de ce récit, pour essayer de reconstituer le puzzle de sa vie, savoir pourquoi ce bibendum lunaire aux allures sympathiques à pu en arriver à commettre de telles monstruosités. Avec cette oeuvre, Manu Larcenet a atteint avec cette oeuvre une certaine forme de radicalité, jouant comme rarement sur les tons noirs anthracite, pour représenter les hommes, la vie, la mort et les paysages campagnards dans des dessins aux allures naturalistes par moment très impressionnants. Un moment de lecture d’une rare intensité avec un dénouement sans concession.

La Revue dessinée – Revue trimestrielle d’actualité en bande dessinée (fondée en 2013)

la-revue-dessinée Les meilleures Bandes dessinées de la décennie 2010-2019

La Revue dessinée, formidable revue trimestrielle en ligne de plus de 200 pages, propose chaque trimestre des reportages et des enquêtes extrêmement fouillées. Lancée à l'automne 2013, cette revue composée de dessinateurs et de journalistes a finalement su résister au temps, trouver sa place et se renouveler en proposant des sujets d’actualité ou anciens plus passionnants les uns que les autres, avec toujours un angle, un façon de traiter l'actu pleine de bon sens, avec toujours l'ambition d'informer le plus clairement possible les lecteurs. A noter que la revue se décline également pour les moins de 20 ans avec TOPO qui est tout aussi bien !

Viennent ensuite :

Gérard, cinq années dans les pattes de Depardieu – Mathieu Sapin
J’ai pas tué de Gaulle, de Bruno Heitz
L’affaire des affaires - Denis Robert et Laurent Astier
Le perroquet des Batignolles, de Boujut, Tardi et Stanislas
Journal d’un journal, de Mathieu Sapin
Retour à Saint-Laurent-des-arabes, de Daniel Blancou
Ma Révérence, de Lupano & Rodguen
Quand vous pensiez que j’étais mort – Matthieu Blanchin
La cavale du Dr Destouches – Malavoy & Brizzi
Patience – Daniel Clowes

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *