Carmen Villain – Infinite Avenue

Derrière cette belle pochette on découvrira un album rempli de charme et de sensibilité signé d’une jeune une artiste talentueuse.

 Carmen Villain – Infinite Avenue

On n’est pas vraiment habitué à entendre ce genre production sur le label norvégien Smalltown Supersound, plus souvent pourvoyeur de musiques électroniques en tout genre.
Il nous donne à découvrir cette fois un disque de pop éthérée signé d’une artiste moitié norvégien, moitié mexicaine, née aux États-Unis et qui vit aujourd'hui à Oslo.

Carmen Villain, de son vrai nom Carmen Maria Hillestad, propose un album en forme de journal, de carnet intime où il est questions de sentiments multiples. Un album qu’elle a enregistré seule, dans son home studio improvisé, entre guitare, piano et arrangements électroniques discrets. Pour le reste, c’est la voix très pure, très belle et Carmen Villain qui fait la différence, dans un style que l’on pourrait rapprocher de celui de Lana Del Rey mais en plus brut, sans fard, sans manière.
Accompagnée de la norvégienne Jenny Hval, sur le vaporeux Borders, Carmen Villain séduit et bouleverse avec un album aussi beau que dépouillé, à l’image de sa pochette reprenant une photo de la sublime Gena Rowlands.

[8/10]

Carmen Villain – Infinite Avenue
Smalltown Supersound - 8 septembre 2017

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire