Nos coeurs vaillants, de Jean-Baptiste Harang

jb-harang-190x300 Nos coeurs vaillants, de Jean-Baptiste HarangAvec Patrick Modiano, Jean-Baptiste Harang partage le plaisir de la mémoire, le goût pour les souvenirs liés à l’enfance, au passé. Alors que chez Modiano les souvenirs et les personnages sont parfois flous, entourés de zones d'ombre, chez Harang, ils sont plus nets, plus précis, plus directs. Mais tous les deux ont cette qualité, cette précision et cette force dans l’écriture qui rendent leurs livres la plupart du temps passionnants.
Déjà dans "La chambre de la Stella", (splendide "Livre inter 2006"), Jean-Baptiste Harang nous renvoyait à son enfance et plus précisément à une maison de laquelle il faisait renaitre un passé familial, les souvenirs de lieux et d’objets divers liés à sa jeunesse.
Dans ce nouveau roman, il est encore une fois question de mémoire, celle qui resurgit au moment où le narrateur reçoit une lettre anonyme d’un ancien camarade, lui rappelant les heures passées, durant les années 60, dans une sordide colonie de vacances catholique dirigée par un abbé en soutane qui aimait particulièrement lui mordiller l’oreille lorsqu’il le prenait sur ses genoux.
Dans ce livre, l'ancien journaliste de Libération évoque une époque qui rappellera aux plus jeunes les photos en noir et blanc de Doisneau. Mais dans le texte, il s’adresse aussi, au lecteur et surtout à son interlocuteur anonyme, dans un échange à distance par moment froid et assez grave, sans nostalgie,  mais avec tout de même l’envie d’en découdre avec ces lieux de vacances désormais hantées et les personnages qui les fréquentaient à l’époque.
Et comme toujours chez cet écrivain, le style est fluide et  précis, la prose est belle, très soignée et particulièrement agréable à lire. Sans pathos, et avec une pudeur toute mesurée, Harang livre un récit court, sans doute moins fort et moins intéressant que "la chambre de Stella" mais qui se lit tout de même avec beaucoup de plaisir.

[7.5/10]

Nos cœurs vaillants
par Jean-Baptiste Harang
Éditions Grasset, 192 p., 16 euros.
Parution : septembre 2010

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de