Kaneel - What You Hear is What You Deserve

kaneel Kaneel - What You Hear is What You Deserve

Trois ans que l’on avait plus de nouvelles de notre beatmaker rouennais Kaneel et voilà qu’en toute fin d’année 2014, celui que l’on a associé à Boards Of Canada et à tous ces groupes qui nous ont régalés avec leurs breakbeats lents et leurs sonorités synthétiques froides à l’aube des années 2000 est de retour avec un nouvel album, sans doute le plus sombre de sa discographie.
Malgré les années, Kaneel semble ne rien avoir perdu de son savoir-faire en matière d’électronica. Tour à tour sautillante, sombre, rêveuse ou poétique, la musique électronique et abstraite de Kaneel reste fidèle au son des débuts et continuera sans doute de régaler les fans du genre.

2 questions à Kaneel :

Ce nouvel album est plus sombre que les précédents, C’est une volonté de ta part ?

C'est un album qui relate le chemin parcouru pendant trois années remplies d'agacements, de doutes et de diverses questions. J'ai essayé de faire un point, sur moi-même, ma vie, ce qui est important et ce qui ne l'est pas; J'ai perdu des amis, qui ne devaient pas en être en fait; J'ai réfléchi à ce que j'ai pu entendre et j'ai essayé de comprendre (mais ça n'a pas très bien marché); J'ai appris à "laisser passer" (mais pas trop).
Et pendant tout ce temps, les morceaux naissaient, et allaient mourir dans un coin de mon ordinateur. Car j'ai failli ne jamais les finir, et les laisser pourrir; Il a fallu un énorme coup de pied pour finalement décider de les finir, certains avaient été commencé en 2012, sur une autre machine alors il a fallu se retrousser les manches… heureusement, j'avais décidé de ne passer quasiment qu'au hardware en ce qui concerne le choix des synthétiseurs.
Puis, l'idée du titre est venu et là, c'était la "révélation": il fallait que ça "tape", que ça soit "fort", sans fioriture, direct. J'avais envie de remettre un peu de drame, un peu de noirceur, en m'inspirant encore un peu plus de ces expériences qui m'ont gâché la vie, ou celle de ma compagne.
Alors oui, quelque part, je plaide coupable.

La musique électronique a pas ma évolué au cours de ces derniers années, comment te situes-tu par rapport aux nouveaux courants ? Qu’est-ce qui te plait actuellement ?

Il y a eu des retours à la mode de certaines sonorités, de certaines façons de générer le son aussi; Il y a aussi eu des retours de certains genres, en subissant quelques mutations. Et il y a eu l'arrivée d'une nouvelle génération qui n'a pas eu froid aux yeux pour utiliser des sonorités qui auraient été considérées comme cliché un décennie avant, et c'est une très bonne chose quand on reconsidère les codes de nos bonnes vieilles "scenes".
D'un autre côté, la musique électronique est partout, elle a été galvaudé et il n'est pas rare d'entendre parler de musique électronique quand une oreille avertie n'entend que du "rock fait avec des machines" et ça devient assez compliqué de suivre la trace de la musique électronique, elle a été complètement assimilée, comme le punk (Zara et les tshirts Ramones… mon dieu).
Je ne crois pas avoir essayé une seule fois de me situer par rapport à ces nouveaux courants; Je me suis néanmoins essayé à pas mal de ces genres, pour essayer de les comprendre, de les apprécier. C'est un travail assez commun chez tous les music makers que j'ai pu côtoyer, l'envie de faire du "reverse engineering" sur un genre en particulier pour ensuite le digérer et s'en inspirer plus tard.
Je me reconnais dans certains mouvement plus que d'autres mais je reste observateur au final. Je suis très friand de garage, de future, des styles en provenance des UK en général… j'aime ce mélange de groove et d'émotions, tout en restant calé sur ce qu'on attend de la musique électronique, que ça donne l'impression de venir d'ailleurs, tout comme les premières fois où j'en ai écouté.

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de