L’écrivain national, roman de Serge Joncour

serge-joncour-lecrivain-national L’écrivain national, roman de Serge JoncourÊtre écrivain ce n’est pas seulement passer sur les plateaux de télé et signer des dédicaces dans des librairies pour des lecteurs bienveillants, c’est aussi accepter de participer à des ateliers d’écriture, en province, parfois dans des trous paumés, en plein hiver. C’en tout cas ce qu’à accepté Serge, écrivain jouissant d’une petite reconnaissance au niveau national et qui, à la demande d’un couple de libraires, a bien voulu passer une semaine à Donzières, une petite ville du Morvan, sans se douter un seul instant des événements qui allaient secouer sa semaine.
D’abord charmé par l’accueil un peu trop vibrant du maire qui l’affuble du surnom d’écrivain national, limite bête de foire, Serge, se rend vite compte au fil des rencontres que les gens sont ici peu particuliers. Pour tuer l’ennui entre ses nuits sans gaité dans un hôtel vieillot et ses ateliers d'écriture avec les mamies du coin, il décide de s’intéresser à la disparition suspecte du Commodore, un riche propriétaire terrien du coin, un peu magouilleur sur les bords, et qui ne semble pas avoir que des amis sur Donzières et les environs. Et voilà notre écrivain national faisant des allers et retours dans la forêt avec la kangoo du libraire puis en vélo pour tenter de percer le mystère de la disparition de cet homme dont on soupçonne Aurélik et Dora, un couple de jeunes néo-ruraux d’en être les responsables.

A la fois polar, autofiction et roman initiatique, L’écrivain national nous plonge dans la vie d’un auteur au fond assez banal mais un peu trop curieux, se retrouvant comme pris au piège d’une bourgade où, derrière la bonhomie ambiante des habitants, se cache des non-dits et pas mal de secrets. C’est en voulant percer ces secrets, en voulant mettre son nez dans des affaires qui ne sont pas les siennes  que notre écrivain va se  retrouver dans de sales draps.
Dans ce roman à l’atmosphère provinciale inquiétante chère à Simenon ou Chabrol, Serge Joncour nous raconte les coulisses du métier d’écrivain dans ce qu’il a de moins glamour. Sans aucun doute inspiré par sa propre expérience, le livre montre avec beaucoup d’humour et un certain mordant comment un auteur en vient à être dépossédé de son œuvre, comment il doit face au lecteur lambda qui semble confondre réalité et fiction, et être amené parfois à justifier les actes de personnages de ses anciens romans.
Une mise en abime savoureuse et sincère, remplie de détails croustillants sur ses relations avec les autochtones et sur le décalage qu’il peut y avoir entre l’auteur et la vision que certains lecteurs peuvent en avoir.
Et même si par moment, le récit semble se perdre un peu, à l’image de son personnage, en multipliant les pistes, L’écrivain national,  offre une lecture légère et bien agréable et révélera bien des choses sur les dessous d’un métier pas si tranquille qu’on le croit.

[7/10]

L’écrivain national
roman français de Serge Joncour
Éditions Flammarion
389 pages - 21€
Parution : août 2014

Vous aimerez aussi...

1
Poster un Commentaire

avatar
0 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de