L'Homme Qu'on Aimait Trop - André Téchine

photo-L-Homme-qu-on-aimait-trop L'Homme Qu'on Aimait Trop - André Téchine

Près de 40 ans après le début des faits, André Téchine revient sur l’affaire Agnès Le Roux pour en faire adaptation au cinéma avec dans les rôles-titres : Guillaume Canet, Adèle Haenel et Catherine Deneuve.

Nous sommes à Nice, en 1976. Agnès Le Roux (Adèle Haenel), héritière des casinos du Palais de la Méditerranée fait  la connaissance de Maurice Agnelet (Guillaume Canet), un avocat un peu plus âgé qu’elle, qui s’occupe des affaires de sa mère, Renée Le Roux (Catherine Deneuve), et duquel elle va rapidement tomber amoureux. Homme étrange, insaisissable, marié et manipulateur, Agnelet parvient à convaincre sa maitresse de racheter ses parts et de les céder à Fratoni, un concurrent qui souhaite acquérir les casinos niçois.
Par la suite, brouillée avec sa mère et voyant Agnelet de plus en plus distant avec elle, Agnès Le Roux se sent trahie, tombe dans la déprime et finit par disparaître soudainement.

Si l’affaire a connu de nombreux rebondissements au cours de ces 30 dernières années, voyant Agnelet tour à tour accusé puis acquitté lors de divers procès, la version qu’en donne aujourd’hui André Téchiné ne se veut pas être une charge contre l’une ou l’autre des parties, mais se présente plutôt comme le portrait d’une époque, d’un univers (le milieu des casinos de la Côte d’Azur dans les années 70) et de personnages énigmatiques, comme il a déjà pu le faire avec La fille du RER en 2009, traitant là encore d’un fait divers qui avait défrayé la chronique.
Avec un trio d’acteurs parfaitement bien assorti revalant, au passage, un peu plus le talent de la jeune Adèle Haenel (Les combattants), parfaite ici dans le rôle d’une femme désireuse de s’affranchir du poids de son héritage familial et qui va tomber entre les griffes d’un homme sans scrupules, le film avance tranquillement, déroulant sons scénario précis, laissant, la plupart du temps le spectateur sur les traces de Maurice Agnelet mais sans qu’il puisse, au final, avoir des certitudes quant aux conclusions de l’affaire.
Avec toujours ce soin tout particulier apporté à la représentation des paysages les décors extérieurs, Téchiné tisse une intrigue intéressante à défaut d’être totalement passionnante, rendant au passage un bel hommage à Renée Le Roux  (aujourd’hui âgée de 94 ans) qui, toute sa vie durant, n’aura cessé de lutter pour faire entendre  ses certitudes quant à la culpabilité de Maurice Agnelet.

[6.5/10]

L'Homme qu'on aimait trop
Film Français réalisé par André Téchiné
Genre : Drame
Avec Guillaume Canet, Catherine Deneuve, Adèle Haenel...
Durée : 1h56min
Date de sortie : 16 juillet 2014

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de