“Mourir peut attendre” : Daniel Craig s'en va par la petite porte

Finalement c’est un peu triste de dire au revoir à Daniel Craig pour sa dernière prestation dans le costume de James Bond 007 avec un film aussi poussif que Mourir peut attendre... mais le bilan n'en est pas pour autant catastrophique.

mourir-peut-attendre “Mourir peut attendre” : Daniel Craig s'en va par la petite porte

Les débuts de Daniel Craig dans la peau de 007 ont été plutôt enthousiasmants, avec trois premiers opus réussis (Casino Royale, Quantum of Solace, Skyfall) qui ont redonné des couleurs au célèbre agent secret... mais depuis deux épisodes, il faut bien dire que James ne Bond plus trop.

Non pas que ce dernier volet soit totalement raté mais il faut bien avouer que le concept avec un Daniel Craig tout en muscles, à mâchoire serrée et aussi peu glamour qu’un Vladimir Poutine au réveil s’épuise un peu.
Déjà sa durée est un problème, avec des scènes bien trop longues et bien trop répétitives, dont certaines ressemblent d’avantage à des images de jeu vidéo, avec notamment une surenchère dans les bagarres et dans les courses-poursuites dans certaines touchent au ridicule avec ces voitures 4/4 bondissantes et aussi agiles que des félins, et un James Bond qui ressemble désormais plus à un super héros type Iron man qu’un être humain.
Reste que le film coche toutes les cases dans son désir de féminiser un peu plus la franchise avec ici l’apparition d’une femme sous l’alias 007 mais également avec un James Bond beaucoup moins tombeur que par le passé avec des femmes qui désormais font jeu égal avec lui à tout point de vue.

Bref, il était temps que Daniel Craig raccroche car ce mélange de Fast and Furious et de Mission impossible devenait de moins en moins convaincant pour une saga qui nous a habitué à un peu plus de finesse et de subtilité par le passé.

Mourir peut attendre / No Time To Die
2h 43min - 6 octobre 2021

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire