L'Autre côté de l'espoir, un Kaurismäki en pente douce

Dans un film sans grande surprise, Kaurismäki revient sur un sujet qui lui tient à coeur  : les migrants.

 L'Autre côté de l'espoir, un Kaurismäki en pente douce

On connait la petite musique de Kaurismäki par cœur : sa mise en scène très théâtrale et reconnaissable entre mille, ses lumières sombres, ses intérieurs gris aux couleurs criardes, son humour à froid, ses personnages stoïques et peu souriants, ses groupes de rock finlandais improbables, ses histoires en forme de contes… En 30 ans, le cinéma du Finlandais a marqué de son emprunte la cinéphilie mondiale, notamment au début des années 90 où il a signé ses plus grands films, recevant au passage quelques récompenses dont un "Ours d'argent du meilleur réalisateur" pour ce dernier film.

L'Autre côté de l'espoir, est le second volet d'une trilogie entamée avec Le Havre dont le thème est "Les migrants". L'Autre côté de l'espoir, c'est la Finlande pour Khaled, un jeune Syrien qui a fuit son pays et qui demande l’asile. Cette demande d’asile refusée, il décide de fuir le centre de rétention dans lequel il est hébergé et trouve refuge chez un restaurateur

Cinéaste humaniste, Kaurismäki, comme dans Le Havre, intègre dans son univers très codifié un des thèmes les plus brûlants du moment : les migrants.
Le propos est louable le ton est poétique et engagé, et la critique envers son pays est acerbe, malgré tout le film peine à séduire totalement, à toucher véritablement de par sa forme et le côté trop prévisible et naïf de l’ensemble. Peut-être que le cinéma de Kaurismäki semble aujourd’hui un peu daté ou peine à se renouveler, en tout cas il ne réserve pas la moindre surprise. Un Kaurismäki au tarif syndical.

[6.5/10]

L’autre côté de l’espoir
Film finlandais de Aki Kaurismäki
Avec Sherwan Haji, Sakari Kuosmanen, Ilkka Koivula…
Genres Comédie dramatique
Durée : 1h 38min
Date de sortie : 15 mars 2017

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire