Critique du film Les Chevaliers blancs, de Joachim Lafosse

Inspiré par l’affaire de l’Arche de Zoé, Les Chevaliers blancs retrace l’équipée rocambolesque d’une dizaine d’humanitaires venus au Tchad pour chercher des orphelins afin de les ramener en France.

les-chevaliers-blancs Critique du film Les Chevaliers blancs, de Joachim Lafosse

Arnaud (Vincent Lindon, parfait comme toujours) et sa compagne (Louise Bourgoin) chapeautent une équipe composée de médecins, de soignants et de pompiers bénévoles qui laissent croire à la population locale que leur ONG ("Move for kids") est venue pour s’installer durablement afin de mettre en place un orphelinat. Un leurre, malheureusement, qui va servir à rassembler un maximum de gamins avant de les faire monter dans un Boeing affrété tout spécialement pour une opération secrète et un peu folle destinée à fournir des enfants de moins de 5 ans des familles françaises désireuses d'adopter. Pour attirer les orphelins dans son "piège", Arnaud travaille avec un contact, Xavier (Reda Kateb) qu'il soupçonne de jouer double jeu, et qui lui sert d’intermédiaire auprès les chefs de village sensés trouver des orphelins en échanges de liasses de billets.

Joachim Lafosse (Nue propriété, A perdre la raison…) réussit parfaitement, et dès l’entame, à nous plonger au cœur de ce récit, à rendre palpable les tensions qui règnent, non seulement dans cette région du globe alors en proie à la guerre civile, mais aussi celles qui règnent au sein de ce groupe d’humanitaires dépassés par l’entreprise insensée de leur étrange projet. Filmant très bien les trajets périlleux en voiture ou en avion pour arriver dans les villages, mais aussi les  discussions tendues entre les membres de l’ONG, de plus en plus sceptiques quant à l’issue de cette aventure, Lafosse propose une mise en scène très rythmée, laissant peu de répit au spectateur, embarqué lui aussi dans cette histoire mouvementée.

Autre point fort, l'ambigüité des personnages constitue l’une des clés de la réussite du film. A ce titre, Vincent Lindon incarne parfaitement ce Vincent, cet homme maladroit, manipulateur, à double faces, pris, d’un côté, par sa mission humanitaire à but lucratif et bien mal organisée, et de l’autre, par son côté "chevaliers blanc", sans doute persuadé que pour sauver ces petits enfants de leur triste sort, rien n'est trop beau.
Cette ambigüité dans les attitudes, dans les rapports, on la retrouve également chez la compagne d’Arnaud (Louise Bourgoin) et surtout chez Françoise (Valérie Donzelli) qui incarne une journaliste reporter dont le rôle se confond par moment avec celui des humanitaires, filmant le groupe de l’extérieur tout participant à ses actions.

Sans jugement, mais en étant malgré tout très clair et précis quant aux actes commis et aux intentions supposées de chacun, Joachim Lafosse réussit là un film passionnant, captivant jusqu’au dernier plan, sans la moindre posture morale, laissant le spectateur prendre la mesure de ce fiasco annoncé qui aura des retentissements diplomatiques jusqu’en très haut lieu.

[8/10]

Les Chevaliers blancs
Film Français, Belge de Joachim Lafosse
Avec Vincent Lindon, Louise Bourgoin, Valérie Donzelli...
Durée : 1h 52min
Date de sortie 20 janvier 2016

Vous aimerez aussi...

1
Poster un Commentaire

avatar
0 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de