La Prochaine fois je viserai le coeur - film de Cédric Anger

la-prochaine-fois-guillaume-canet La Prochaine fois je viserai le coeur - film de Cédric Anger

A la fin des années 70, un jeune homme timide et bien sous tout rapport mais totalement schizophrène mène une double vie. Le jour c’est un gendarme modèle, un fonctionnaire intègre, et la nuit il sème la terreur dans le département de l’Oise en traquant les jeunes femmes et en les tuant froidement. Insaisissable, échappant aux  barrages Police, l’homme a toujours une longueur d’avance sur ses poursuivants, et pour cause, il est chargé d’enquêter sur ses propres crimes.
Après deux films mineurs mais pas dénués d’intérêt, Cédric Anger est de retour avec La Prochaine fois je viserai le coeur, un polar tiré d’une histoire vraie découverte il y a quelques années grâce à l’émission Faites entrer l’accusé (une vraie source d’inspiration pour tout scénariste à cours d’idée !). On ne sait pas si c’est le visionnage de cet épisode (L'affaire Alain Lamare) qui a donné l’idée au réalisateur de s’emparer de ce sordide mais fascinant fait divers des années 70, mais une chose est sûre son adaptation au cinéma s’avère tout à fait réussie.

Dans une reconstitution minutieuse et soignée des années 70, Cédric Anger nous plonge dans la froidure et la tristesse de la province en hiver, avec une mise en scène s’attachant à raconter en détail la vie du gendarme meurtrier durant les mois durant où il a sévi. Dans le rôle principal, Guillaume Canet se montre convaincant avec son visage juvénile et innocent contrastant bien avec sa psychologie sombre et tourmentée.  Avec une mise en scène assez dépouillée, des dialogues à l’économie et des images aux tons gris délavés assez saisissants, le film joue avant tout sur l’atmosphère, sur le cadre de cette histoire, nous ramenant, par certains aspects, aux premiers films de Corneau ou au cinéma de Melville, avec cette patte, ce ton détaché et cette maitrise qui empêche le film de sombre dans le démonstratif et le glauque. Car malgré la  violence des meurtres, le réalisateur réussit à toujours garder la distance nécessaire à ce genre de récit, faisant de son film un portrait assez subtil et sans jugement d’un homme qui gardera jusqu’au bout son mystère son opacité.

[7.5/10]

La Prochaine fois je viserai le coeur
Film Français réalisé par Cédric Anger
Avec Guillaume Canet, Ana Girardot, Jean-Yves Berteloot...
Genre : Policier, Drame
Durée : 1h51
Date de sortie : 12 novembre 2014

Vous aimerez aussi...

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
guest Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
guest
Invité
guest

"visage juvénile"? Canet a 41 ans! Malgré la jeunesse du vrai Franck, l'acteur n'a qu'un visage d'un adulte. Au-delà, je n'ai vu rien de convaincant dans sa performance parce qu'elle est trop forcé, pas naturel. Ce que j'ai regardé était un acteur qui veut un César et pas un acteur qui veut être un vrai assassin dans le film. Anger a eu une bonne idée mais ça ne marche pas. Dommage.